Accueil | Créer un blog |

LA SAGA DES KROS

Les vraies origines de l'humanité

Album

Glossaire

Rechercher

Archives

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

ADOPTEZ UNE TRIBU ! (ARAWAK SAISON 49 - [3/3]) | 29 juin 2009



Arawak© - Commandes : arawakbd@yahoo.fr - 06 85 36 05 58
Albums BD, cartes, dessins originaux ou demandes spéciales.



Voilà, je m’absente.

Je vais faire d’autres choses. Ecrire et dessiner.
Mais séparément.
Des textes sans dessins, et des dessins sans textes.
Un jour, peut-être, je vous montrerai tout ça.
Attention. Faudra mériter.

Les clés sont sur la porte. Je passerai juste ranger un peu si nécessaire.
Mes motivations, mes objectifs, tout ce qu’il y a d’intérieur … ça doit se voir à l’extérieur.
Il suffit de lire ce qui a été dit, je vais pas répéter.

Ce que j’ai à dire de nouveau, c’est que pour faire quelque chose de résolument personnel, la remise en question doit être totale, pas à moitié.
Sortir absolument des références habituelles.
S’échapper des plus dorés, des plus moelleux des carcans. N’en déplaise à ceux qui en nient l’évidence, on n’a qu’une vie. Il s’agit de l’accomplir.

Vous voulez découvrir le peuple Kro, mieux comprendre ce qui nous a conduits à être ce que nous sommes, partager un sourire, donner un peu à réfléchir aussi ?
La saga des Kros, ce sont mes peanuts, des petits bouquins à lire, à relire, à faire lire, à offrir.
On peut les emporter partout.

Si vous voulez d’abord en savoir un peu plus sur eux, leur univers et le mien, promenez-vous sur le blog. Il y a plus de 500 billets à lire, des dessins, quelques photos … Bon voyage !

Si vous voulez commander, faites moi un e-mail ou appelez-moi, je vous expliquerai comment procéder. Je ne ferai pas (pas de sitôt en tout cas) un site web marchand.
Pas de "tapez un pour ceci, deux pour cela".
Non.
Je reste dans l’humain traditionnel. Et si ça peut aider à le faire revenir un brin (l’humain) eh ben ce s’ra toujours ça de pris. De toute façon il reviendra.
La nature a horreur du vide …

Pour parler façon pub (tout en restant vrai) sachez que ce que je montre ici (l’image du jour) c’est du pur collector. Il n’y aura pas de réédition. Jamais. Qu’on se le dise.

J’ai tout dit là je crois.
Enfin l’essentiel.
Le reste, je me le garde.

@ plus tard …

Patrick
(the last Arawak)

Publié par Arawak à 10:45:51 dans EDITORIAL | Commentaires (6) |

ARAWAK SAISON 49 (2/3) | 22 juin 2009

Développons (un peu)

J’ai commenté un point précis, avoué une petite déception, et je vois que ça prend toute la place.
Mais non. Tout va bien.
C’était une nouvelle expérience que je me réjouis d’avoir faite et dont j’attendais davantage.
Pas pour moi-même.
Je n’attends pas la reconnaissance. J’attends de voir s’allumer un feu, même juste un seul, et de savoir qu’il brûlera. Quand je m’en donne les moyens et que ça ne fonctionne pas, je suis déçu et je l’exprime. Mais ça ne va pas plus loin, et cette anecdote n’a pas la dimension d’un événement déclencheur.
Que le monde soit blasé, après tout, c’est l’affaire du monde.
Ceux qui ne le sont pas, mais s’allument et vibrent et profitent des fruits sans en priver les autres, je cultive l’espoir qu’il m’en reste quelques-uns autour … d’ici au bout de mes jours.
Et bonne chance pour la suite.

Je n’espère pas non plus être compris à la lettre.
L’écrit tel que je le conçois, c’est un peu comme un dessin. Ça suggère, ça fait vibrer (ou pas) quelque chose mais ça n’explique rien, ce n'est pas fait pour ça.
C’est une source.
Il faut qu’elle coule et s’y abreuvera qui voudra.
Je n'ose pas dire "qui pourra".

L’heure n’est pas à l’amertume mais à un sérieux renouvellement.
J’ai fait le tour d’un certain mode de fonctionnement que je me suis donné (très largement) le temps d’éprouver et qui ne convient pas à mon profil. C’est bien plus qu’une intime conviction, c’est une certitude.
Pas de coup de tête ni de coup de sang donc. J’en suis capable aussi (et même jusqu’au coup de boule) mais ça reste dans le privé.
Quand on est pro on n’a pas le droit de faire une affiche 4 X 3 du moindre pet de travers. Il s’est passé trois semaines entre mes deux précédents billets, si j’excepte l’écran noir qui disait juste "absent".
Qui peut croire à un coup de sang de trois semaines ?

Ecrire et dessiner ?
Plus que jamais.
Renoncer à sa vie, ça oui, réellement c’est infiniment grave.
La seule réponse acceptable, lorsqu’une recette ne fonctionne pas, c’est d’aller chercher mieux, plus haut. Ailleurs.
Le temps, simplement, n’est plus au partage mais à la préparation, à la fabrication d’autre chose en n’ayant à l’esprit qu’un principe : aller toujours plus près de soi-même.
Les salons et festivals ne me rapprochent pas de moi-même.
Mon seul regret en n’y allant plus sera de revoir moins souvent certaines personnes avec qui je passe de bons moment.
Mais j’aurai d’autres moyens, d’autres occasions de les croiser.
Et puis on aura davantage à se dire.


Le blog …

J’en fais un peu le même constat et j’en tire les mêmes conclusions.
Au départ mon idée était de communiquer sur ce que je fais. Parler de mes Kros, de mes bouquins, faire connaître mon travail.
Et puis naturellement sont passées d’autres choses, une envie de partage, un besoin de m’exprimer, de réagir.
Quelques coups de gueule, quelques vérités dites qui parfois en ont révélé d’autres, jusque dans le silence.
Il y a eu quelques feux de paille, des mots qui finalement se sont révélés très superficiels, comme on peut en entendre dans la vie de tous les jours … et puis de vraies chaleurs qui viennent du cœur, plus rares et que j’emporte, que je garde.
Des affinités, de jolis moments, une belle expérience.
De vraies rencontres avec quelques personnes. Pas toujours des rencontres "physiques" mais réelles. Pas virtuelles ...
Je garde le contact, d’une autre façon.
Ces personnes le savent … le reste ne compte pas vraiment.
On sait où me joindre.

Le blog des Kros n’a connu qu’une légère baisse de fréquentation au cours de ce mois de juin malgré la publication d’un unique billet le 17. Son audience tout à fait honorable (vous étiez encore 1500 visiteurs pendant la journée d’hier, et 1400 en moyenne / jour pour juin) et en croissance constante m’a longtemps fait reculer le moment de le mettre en veilleuse.
Si les administrateurs ne le ferment pas, il restera ouvert et on pourra donc lire (ou relire) ce qui s’est dit ici pendant ses (tout juste) 43 mois d’existence à ce jour.

J'y mettrai en vitrine mes bouquins et ils y resteront pendant que je m’occupe (en secret, en silence) à développer autre chose qui prendra du temps et de l’isolement. J’y reviendrai au prochain billet.


Mon ami Léon.

J’ai envie de terminer ce billet par un petit hommage à quelqu’un que j’aime beaucoup.
Je dis "quelqu’un" mais ils sont deux. Un vrai couple.
C’est en me promenant sur les blogs que j’ai découvert les mots de Léon. J’en ai aussitôt apprécié la musique, le rythme et le ton. L’humour fin. Le vrai, le bon, le bel humour. Celui qui n’a pas d’âge.
Le talent - ai-je dit déjà je crois, mais sans doute autrement - est le résultat d’une savante conjonction.

Il faut un regard. Comme celui du joueur de billard qui trouve l’angle juste sans équerre ni compas. Et s’il veut s’amuser vraiment il en cherchera un autre, moins évident.
Il faut un feeling.

Il faut de l’envie. Etre un jouisseur. Savourer, se délecter. Avoir en soi ce feu éternel qui, s’il ne fait pas toujours dans le spectaculaire, s’il se met parfois en veilleuse et couve sa braise d’un trois fois rien de foi quand la vie se fait douleurs et doutes, reste vivant. Toujours. Attendant le bon vent.

Avec juste ça, le regard et l’envie, le travail coule de source.
Un regard, de l’envie, du boulot. Voilà le talent.
De l’amour.

A l’heure où des marmots de 8 ans ne croient déjà plus en rien (pas tous heureusement), à l’heure où tout le monde est blasé avant d’avoir vécu, Georgette et Léon (92 ans de moyenne d’âge) ont l’œil qui pétille de ce feu éternel.
Léon aime beaucoup Brassens. Le poète, l’homme aussi. Ils avaient le même âge, se sont rencontrés, ont échangé sur le sujet de la poésie qui les réunit, même si Léon se défend d’être un poète : il se dit humoriste et musicien des mots.
A mon avis, les mots sur ce coup-là, il joue encore dessus.
Mais ce n’est pas de la fausse modestie.
C’est, je crois, un mélange d’humour et de cette recherche de l’angle, d’un autre chemin.

Léon est d’abord musicien.
Il s’installe au piano et joue un classique du jazz. Les mots lui viennent par la musique. Pour la musique. Ça s’entend quand on le lit.
Léon prend son stylo et travaille à son œuf.
Il écrit, se relit, rature un peu, corrige … et s’il a un doute, sur les choses très fines, il fait lire à Georgette. Elle donne un avis, solide, à la fois clair et profond, subtil, efficace.
Le feeling. Ils ont un feeling extraordinaire.

Léon se colle devant sa webcam et déclame. Il publie sur you tube.
Georgette aussi est à l’écran. Ils s'amusent, ils s'éclatent, c'est un pur plaisir.
J’écris ça et je rayonne comme le jour où je l’ai vue chanter sur les paroles (et la musique) de son époux qui lui avait composé quelques chansons dans les années 50, alors qu’elle faisait la classe à des tout petits.
Je vous laisse chercher.
Léon Dupilet, sur You Tube.
Débrouillez-vous avec ça. J’allais vous donner une adresse mais on y arrive en 2 clics et si ce que j’en dis n’a pas suffi, alors c’est que vous êtes là par hasard.

Léon Dupilet a publié un recueil de poésies intitulé « Le Vent du Nord » et très joliment illustré par Lucie Bertrand (image du jour). Un petit bijou. Il lui reste peu d'exemplaires …

Léon a son blog : « poésies et fantaisies » (voir dans ma liste à gauche).

Georgette et Léon, j’ai eu la chance et le plaisir de les rencontrer, de passer un moment savoureux avec eux, dans leur petit chez-eux de Douai.
Au cours d’une vie, on ne voit pas si souvent danser autant de flammes dans une paire d’yeux.
Alors quand à la même table au même instant on peut sentir toute cette joie déborder de deux cœurs à la fois, on sait qu’on n’oubliera pas.


Arawak

Publié par Arawak à 08:08:17 dans EDITORIAL | Commentaires (11) |

ARAWAK SAISON 49 (1/3) | 17 juin 2009

Arawak© - Commandes : arawakbd@yahoo.fr - 06 85 36 05 58
Albums BD, cartes, dessins originaux ou demandes spéciales.

Le dernier festival, Teloché 2, fut une vraie réussite.
Je dis bravo d’abord à Marie-Danielle Letessier. Bravo et merci. Pour son engagement personnel, son envie de faire.
J’avoue une déception.
L’expo des dessins d’enfants n’a pas été à la hauteur de mes espérances. Et ça ne serait pas bien grave. Mais elle n’a pas été à la hauteur de leurs possibilités. Ce qu’ils m’avaient montré lors de mon intervention était meilleur.
Ils étaient capables de faire beaucoup mieux, en bossant juste un peu.

Bon. Moi j’ai fait le dessin promis (voir ci-dessus) Marie-Danielle a acheté le cadre, et le prix a été remis.
Je n’ai aucun regret.
Parce que moi j’ai été au bout des choses.
Ce que j’ai fait, je l’ai fait avec engagement, avec plaisir.

Ceux qui se forcent, qui font les choses à contre cœur, tant pis pour eux.
L’effort, selon moi, a un tout autre sens. Le bon.
Celui d’aller vers soi-même, de suivre son cœur.
Alors oui, ça passe par des choix parfois douloureux. Par des détours pas forcément faciles à comprendre.
Chacun regarde de sa fenêtre … et voit midi à sa porte.

Pour aller au bout du bout, voici copie du texte que j’ai remis au lauréat (pas en main propre car il était absent) et qui accompagnait le dessin.
(Il avait bien sûr été écrit à l'avance)

" ... Bravo !

Ton dessin a été désigné comme le meilleur .
Il le mérite forcément puisqu’il a été choisi pas l’ensemble des dessinateurs professionnels présents au festival 2009.
Alors ce dessin original, tu l’as bien gagné.
J’ai voulu y mettre un résumé de ce que j’ai essayé de montrer lors de mes interventions dans les écoles.

- Composition : utiliser l’espace, la surface de la feuille. Y mettre le nécessaire et juste ça, rien de superflu.
- Humour, par quelques détails.
- Expression : J’y suis très attaché. Travailler les expressions, qu’on puisse sentir vraiment. Ici, la bulle est presque inutile. Les tableaux, le titre et les attitudes suffisent.
- Mais puisque j’ai voulu mettre tout, la bulle n’est quand même pas de trop. Elle souligne. Le texte n’est pas trop long. Inutile d’en dire trop : là encore, juste l’essentiel.

Voilà.
Ce dessin est donc aussi un rappel de ce qu’on a vu ensemble.

Pour terminer, info technique :
Les traits ont été faits à la plume (trempée dans l’encre de chine), et les couleurs au crayon de couleur. Ce sont des crayons aquarellables qu’on trouve dans les magasins d’art. Ici des « Albrecht Dürer » de Faber Castell. On peut aussi utiliser la marque Caran d’Ache, modèle « prismalo ». Ce sont des crayons d’excellente qualité, un peu chers mais que l’on peut acheter à l’unité, pour commencer avec quelques couleurs.
On peut les utiliser comme des crayons ordinaires (mais leurs couleurs sont plus intenses, plus vives, leurs pigments plus concentrés) ou bien passer le pinceau pour donner cet effet aquarelle, meilleur si on utilise un papier à grain (à la surface non lisse).

Voilà, tu sais presque tout.
Le reste viendra avec du travail.
Parce que ça, c’est la base de tout. Le talent, il en faut un peu.
Mais pour en avoir vraiment, il faut surtout beaucoup de travail.

Bon travail donc, et encore bravo !

Arawak"


Aucune nouvelle. A ce jour pas de réponse à tout ça.
Mais hormis ce détail, ce fut un beau week-end.
Très belle organisation, un public nombreux d’adultes et d’enfants pendant les deux jours.
On n’a pas arrêté de bosser. J’ai revu quelques potes avec plaisir, fait la connaissance des petits nouveaux d’infos-matin … enfin voilà : tout ce qui fait un moment réussi.
Chacun y a mis un peu du sien. Marie-Danielle et tous ceux qui l’ont entourée.

Le dernier festival (Teloché 2) était peut-être mon dernier du genre.
Il serait sympa de quitter sur une note positive.
Ou bien peut-être irai-je encore, au Printemps 2010, à Faumont.
Puisqu’il est prévu que j’en réalise l’affiche, et que ce fut le lieu de mon baptême, il y a quelques années.

Mais c’est sûr : on tourne la page.
Au prochain billet je parlerai du blog.

Publié par Arawak à 10:25:48 dans EDITORIAL | Commentaires (9) |

@ + TARD | 02 juin 2009

Arawak© - Commandes : arawakbd@yahoo.fr - 06 85 36 05 58
Albums BD, cartes, dessins originaux ou demandes spéciales.

Publié par Arawak à 05:12:48 dans EDITORIAL | Commentaires (6) |

C'EST DEMAIN | 29 mai 2009


C'est (déjà) demain !


Samedi 30 mai (demain) le rideau se lève sur le 2è festival de Teloché.
Nous serons 26 dessinateurs de presse et d’humour, mais aussi beaucoup de bénévoles autour de Marie-Danielle et de l’association Cap’Jeunes, pour vous accueillir.

Au programme : expositions, dessins en direct, rencontres et discussions avec les artistes, un petit comptoir pour ceux qui veulent ...
Il fera beau tout le week-end (si, si c’est Météo-France qui le dit) et la Sarthe, c’est pas loin du tout.

Alors chiche ? On se voit là-bas ?

Et puisque c’est le thème de l’année … venez donc en famille !
Mais on fait aussi "célibataires" , "couple" et même "mi-couple".
De toutes façons l'entrée est gratuite pour tout le monde.

A samedi (ou dimanche)

Arawak

Publié par Arawak à 07:14:19 dans EDITORIAL | Commentaires (3) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 102 | 103 | >>

Tous les derniers titres